Au pair : la question de l’argent de poche

Publié le Catégories Outils pratiquesÉtiquettes ,

Dans tous les points qui définissent le programme au pair, la question de l’argent de poche fait partie de celles qui reviennent le plus souvent. Combien vais-je toucher en échange de mon travail ? Suis-je en droit de le recevoir même pendant les vacances scolaires ? Un tas de questions auxquelles on vous répond dans cet article #sansprisedetête.

C’est quoi “ l’argent de poche ” de l’au pair ?

Dans notre jargon, l’argent de poche sert à définir la notion de salaire mais qui, en réalité, n’en est pas un. Les programmes au pair sont basés sur un échange de procédés très simples ; rendre un service (la garde d’enfants) en retour d’autres services (le gîte et le couvert) – même si nous savons qu’être au pair est bien plus que cela. Un complément financier (obligatoire), adapté aux heures travaillées, est donné à l’au pair afin de lui permettre de couvrir ses besoins du quotidien et de profiter de son expérience.

billets ou argent de poche

Voyons ensemble les questions que l’au pair se pose sur l’argent de poche.

LE MONTANT

Suis-je payée au mois ou à la semaine ?

Il est recommandé que l’au pair reçoive son argent de poche toutes les semaines pour pouvoir survenir à ses besoins sans complications (par ex : en France). Cependant, il est possible que la famille propose un paiement mensuel pour plus de praticité, ce choix doit résulter d’un accord avec l’au pair. Aussi cette règle peut être différente selon les pays de destination.

La somme donnée à l’au pair est-elle toujours la même dans tous les pays ?

Le montant de l’argent de poche varie selon le pays de destination ; les frais liés au mode de vie des familles ne sont pas partout les mêmes (par ex : le montant est plus élevé aux USA qu’à Londres où la vie est chère). Aussi, les heures de gardes obligatoires ne sont pas toujours les mêmes (25 à 40h/sem.). Enfin, pour certaines destinations, l’au pair peut recevoir un complément s’il y a des enfants en bas âge.

Combien d’argent de poche puis-je espérer recevoir en échange de mon aide ?

Le montant d’argent de poche varie entre environ 260€ et 700€/mois selon les pays (valeur non contractuelle et seulement indicative).

Que je sois au pair ou demi pair, est-ce que je reçois le même montant ?

Même si le programme au pair et demi pair se ressemblent, les règles et le mode de vie sont quelque peu différent. Le demi pair effectuant moins d’heures de garde d’enfant pour suivre plus de cours de langues recevra logiquement que le gîte et le couvert (et blanchit) en échange. Selon les destinations ou les familles, le demi pair peut espérer avoir un petit montant symbolique en guise d’argent de poche (non obligatoire).

Qui me donne cet argent de poche et en définit les règles ?

Les règles et le montant concernant l’argent de poche sont définis au préalable dans un contrat entre la famille et l’au pair par les organismes agréés. Toutefois, l’argent de poche est versé par la famille en échange des services que l’au pair lui rend.

En échange de quels services me donne-t-on cet argent de poche ?

L’au pair qui reçoit l’argent de poche, tout en étant nourrie, logée et blanchi, se doit de : s’occuper des enfants de la famille et effectuer quelques tâches ménagères légères qui concernent en partie les enfants. Et ce, dans le respect du planning d’heures et des règles de conduites. Voir toutes les conditions dans les “conditions particulières de vente”.

Est-il optionnel ?

L’argent de poche est obligatoire puisqu’il résulte d’un échange de services entre l’au pair et la famille d’accueil.

J’ai eu un malentendu avec la famille, est-ce que je peux être privé de mon argent de poche ?

La famille ne doit en aucun cas, même en tant que mesure disciplinaire, diminuer ou supprimer l’argent de poche. Tout désaccord doit tout de même être signalé à l’agence.

LES VACANCES

Lors des vacances scolaires, je pars avec ma famille d’accueil pour m’occuper des enfants, suis-je payée ?

Tout travail qui vise à s’occuper des enfants, vacances ou non, donne le droit à l’au pair de recevoir son argent de poche. Lors des vacances, le travail peut être plus intense (les enfants n’étant pas à l’école), ce qui résulte le plus souvent à une compensation financière plus élevée (selon les pays). Par exemple, en France, l’au pair reçoit 125€/semaine pendant ces vacances si le travail demande plus que 25h semaine.

Lors des vacances scolaires, je pars avec ma famille d’accueil mais on ne me demande pas de “garder les enfants”, suis-je payée ?

Toute l’année, l’au pair reçoit son argent de poche (hebdomadaire ou mensuel), y compris lors de vacances passées avec la famille, “sans garde d’enfants”.

Lors des vacances scolaires, je ne pars pas avec ma famille d’accueil mais je dois rester disponible (au cas où), suis-je payée ?

Idem – Toute l’année, l’au pair reçoit son argent de poche (hebdomadaire ou mensuel), y compris lors de vacances passées avec la famille, “sans garde d’enfants”.

Lors des vacances scolaires, je ne suis pas ma famille d’accueil dans leur voyage mais je pars de mon côté, suis-je payée ?

Chaque au pair bénéficie de congés payés au cours de leur séjour ; généralement octroyés au bout de 6 mois en continu dans la famille. La durée de ces congés varie selon les destinations. Les mêmes conditions s’appliquent si la famille souhaite prendre d’autres vacances (avec les enfants) en dehors de ces congés et ne convie pas l’au pair. L’au pair bénéficie donc de “plus de vacances”, payées !

OCCASIONS SPÉCIALES

Nous organisons un goûter d’anniversaire et l’on me demande de m’occuper d’une quinzaine d’enfants, suis-je payée plus ?

Dans les faits, l’au pair doit s’occuper de ses host kids, qu’il y ait d’autres enfants ou non. Logiquement, si l’au pair passe une après-midi entière à gérer seule une quinzaine d’enfants, la famille peut proposer de lui donner un complément à la fin du mois. Mais ce cas est assez rare, les parents sont souvent présents aussi.

L’un de mes host kid invite deux amis à la maison pour l’après-midi, dois-je demander un complément ?

Inviter des amis à la maison fait partie du mode de vie des familles et du “jeu” de la garde d’enfants. L’au pair doit donc organiser sa journée en fonction du planning tout simplement comme une journée classique. La famille n’a aucune obligation de verser de complément.

Certaines journées, l’un des parents est présent avec moi, nous nous occupons des enfants ensemble, ces heures font-elles partie de mes heures de travail ?

Le planning de l’au pair est planifié en amont par les parents. Si l’au pair est amené à s’occuper des enfants et que les parents sont présents ou souhaitent “aider”, cela ne change rien au fait que l’au pair “effectue ses heures de garde”.

Puis-je accepter cette situation ?

L’un de mes parents d’accueil me demande un petit service supplémentaire (non obligatoire) comme par exemple “réorganiser les livres de la bibliothèque de la famille” ou de “réaliser un ménage de printemps dans la cuisine” en échange un complément financier.

Le programme au pair étant de la garde d’enfant et non du travail de “personnel de maison”, ce genre de pratique ne doit pas être régulière et encore moins imposée. Cependant, s’il s’agit d’une offre ponctuelle et que l’au pair donne son accord, elle peut estimer recevoir l’équivalent (ou plus) de la somme donnée en heures supplémentaires.

HEURES SUPPLÉMENTAIRES

Dois-je accepter dans ce cas de figure ?

J’ai dépassé mon “quota” d’heures (25-40h selon le pays) pour la semaine mais la famille a besoin de moi pour plusieurs heures supplémentaires.

En accord avec chaque pays de destination, en théorie, une au pair doit effectuer le nombre d’heures indiquées sur le contrat. Dans la pratique, selon les semaines, il se peut que la famille ait plus ou moins besoin d’aide. Ces heures “rajoutées” ne sont donc pas obligatoires ou alors le planning doit être modifié en fonction. Toutefois, ce programme est une expérience sur le moyen-terme où la flexibilité et l’échange sont des points primordiaux. Afin que le quotidien se déroule dans de bonnes conditions il faut pouvoir faire preuve d’adaptation ou trouver un accord, ensemble. Dans le cas où l’au pair dépasse ce quota, elle reçoit un complément par heure supplémentaire de travail effectué (par exemple : 8€/h en France). Ou dans d’autres cas, l’au pair peut, à la place, estimer avoir des heures de repos supplémentaires le mois suivant ou recevoir une participation financière à ses cours de langues.

Dans mon planning, mes heures sont indiquées mais je suis parfois amené à rester 15 minutes de plus (ou de moins) ?

Il est possible que l’au pair doive se rendre disponible “15 minutes” de plus ou soit libérée en avance, rien n’est figé dans la réalité. Dans ce cas, c’est du bon sens, il n’est sans doute pas nécessaire de compter les minutes… Si en revanche, les “15, 20, 30 minutes” sont quotidiennes, il est préférable de demander à réajuster le planning.

La famille me demande de faire des soirées de baby-sitting supplémentaires (plus de 2 soirées par semaine). Est-ce que je suis payée plus ?

L’au pair peut, dans le cadre de ces (x)h/semaine (selon le pays) effectuer un à deux soirs de babysitting par semaine maximum. L’au pair peut accepter d’en faire plus à la condition d’être payé en heures supplémentaires.

Dans cette situation, dois-je le compter dans mes heures de travail ou demander à recevoir un complément d’argent de poche ?

Je décide de me joindre à la famille ou la famille m’invite à me joindre à eux pour une activité en dehors de mes horaires de garde (comme le weekend par exemple).

Non, si la proposition consiste à partager un moment tous ensemble – même si l’au pair “s’occupe” un peu des enfants. C’est un programme d’échange où l’au pair fait “partie intégrante” de la famille. Chaque moment passé ensemble ne doit pas être automatiquement synonyme d’argent… En revanche, un complément peut être considéré s’il s’agit de gérer seule les enfants ou si la proposition vise à ce que l’au pair soit là pour s’occuper des enfants, en priorité.

Dans le même esprit, les repas prit en famille ne sont pas du temps de travail mais du temps de la vie quotidienne à partager ensemble.

L’UTILITÉ DE L’ARGENT DE POCHE

Dois-je acheter moi-même un autre téléphone portable et/ou le forfait ?

Dans la mesure où la famille a besoin de rester en contact avec l’au pair, elle met généralement (non obligatoire) à sa disposition un téléphone portable avec mini forfait le temps du séjour.

L’argent de poche que je reçois me sert-il aussi à payer mes charges ou taxes annuelles ?

En France, non. Les charges annuelles comme l’URSSAF sont prises en charge par la famille d’accueil et il n’y a pas d’impôts à payer.

Alors que pour d’autres pays oui… Comme les USA par exemple, les taxes de séjour sont payées par l’au pair. Il est donc important de se renseigner à l’avance et de mettre l’argent nécessaire de côté. La famille peut toutefois aider à remplir les formulaires et faire les démarches dans ce dernier cas.

L’argent de poche que je reçois me sert-il aussi à payer mes cours de langues ?

Oui. Les jeunes au pairs doivent financer leurs cours de langues obligatoires, la plupart du temps (voir nombre de crédits). Les familles peuvent, à titre gracieux, proposer de participer, mais cela n’est pas une obligation.

Et non… En revanche, en Amérique ou en Chine, ce sont les familles qui financent les cours de l’au pair. Aux Etats-Unis, il s’agit d’un montant fixé à l’avance qui couvre généralement la totalité des crédits obligatoires, voire plus. Cependant, si l’au pair souhaite suivre des cours supplémentaires dans une université, elle devra les financer elle/lui-même.

L’argent de poche que je reçois me sert-il aussi à payer mes transports ou l’essence si je conduis ?

La plupart du temps, la famille prend en charge la carte de transport de l’au pair. Notamment pour les trajets vers ses cours de langues. C’est obligatoire si l’au pair n’a pas d’autres moyens de transport pour déposer les enfants aux activités ou à l’école. Si l’au pair peut utiliser la voiture de la famille pour s’occuper des enfants, il n’y a aucun frais à prévoir. En revanche, la famille peut demander à l’au pair de payer l’essence utilisée pour ses trajets personnels.

Mon permis n’est pas valable dans le pays de destination ou n’est pas suffisant, la famille me demande de conduire. Dois-je financer un autre permis ?

Oui. Selon les destinations, comme certains états des USA, le permis “international” ou français n’est pas suffisant. Il faut alors repasser le code et le permis sur place. Ces frais seront à la charge de l’au pair – loin d’être aussi cher qu’en France, soyez rassurés !

En France, le permis du pays d’origine est valable pendant toute la durée du séjour (1 an). Il est renouvelable une seule fois. [Article : Tout savoir sur le permis en France]

Si j’endommage la voiture, dois-je payer les réparations avec mon argent de poche ?

Non, si le problème a eu lieu pendant les heures de travail de l’au pair. Oui, si l’au pair utilise la voiture pour ses besoins personnels. Mais, il convient tout de même de se renseigner sur l’assurance de la voiture. Il peut y avoir une franchise à payer.

Dois-je payer les courses moi-même dans ce cas de figure ?

La famille a déjà fait les courses pour la semaine, mais il me manque des aliments que j’aime bien manger ou des produits que j’aime bien acheter.

En règle générale, la famille d’accueil a pour obligation de fournir 3 repas par jour, et ce, 7j/7. Il peut être prévu au préalable de discuter avec la famille des préférences et goûts de chacun concernant la nourriture. Si l’au pair souhaite “surconsommer”, la famille n’est pas dans l’obligation de couvrir les frais pour l’au pair. Cela comprend des snacks considérés comme des friandises, des extras (paquets de chips, autres gourmandises…) ou acheter des cosmétiques (shampoing, gel douche, crème, dentifrice…), .

Si la famille est absente pendant une semaine avec les enfants, doit-je payer mes propres courses ?

Même si la famille est absente, elle doit tout de même assurer à l’au pair les 3 repas par jour 7j/7. Sinon, prendre les frais à sa charge. Ces conditions ne s’appliquent pas si l’au pair décide de voyager pour prendre ces vacances.

 

Si, après la lecture de cet article, vos questions restent sans réponses ou vous avez d’autres cas de figure liés à l’argent de poche de l’au pair, merci de nous les adresser directement sur les réseaux sociaux ou par mail

 

Crédits : Photo by Alexander Mils on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.